Premières sensations à dos d'âne

Publié le par famillemaigre

 

P1030128-copie-1.JPG

Adopté, l'âne, pour Faustine. L'union fut scellée dimanche, dans le parc du Ranelagh, à Paris. Rien de commun avec les sentes normandes, certes. Pas très aventureux non plus. Encore moins bucolique. Mais pour des banlieusards comme nous, il n'y a pas mille endroits pour enfourcher un Cadichon dans la région. Donc on s'exécute : 2,50 € les 50 mètres, mon bon monsieur. Allez, les premiers souvenirs n'ont pas de prix. On ne râle pas. On aligne. Au diable l'avarice ! Deux tours s'il vous plaît (Elle doit bien s'en sortir, la dame aux ânes) Ce fut donc Crevette, sympathique ânesse à la robe blanche tirant sur le gris - même les ânes vieillissent -, que l'on désigna pour ce périple éclair. Rompue, de toute évidence, aux balades citadines pour apprentis cavaliers. Docile, conciliante, pas un sabot de travers... à ce tarif, on a droit à l'âne première classe. Du haut de ses deux ans, Faustine ne s'est pas faite prier. En avant, Crevette ! 

Une semaine plus tôt, la même opération fut tentée avec égal bonheur sur un poney du parc Georges Brassens, toujours dans la capitale. Après de légères réticences, le plaisir d'être bringuebalée sous les platanes par une peluche vivante fit son effet sur notre jeune écuyère. C'est tout juste s'il ne fallut pas négocier la descente de selle. Les enfants d'aujourd'hui sont redoutables en affaires. Bon, l'essentiel est qu'elle se soit laissée séduire petit à petit, à dose homéopathique. Le voyage en dépend : ce sont près de 450 km que Faustine passera en tout sur l'âne, de Versailles au Mont Saint-Michel. C'est dire s'il ne faut pas se louper. Lui proposer, sans imposer. L'acclimater sans la dégoûter. Tout un art ! A l'entendre nous parler de son "nâne" à tout propos, le pari semble en partie gagné. En partie, car il lui faudra tenir sur le bât plusieurs heures d'affilée ! Bref, restons souples.

Prochaine étape, début avril : deux journées complètes de randonnée dans le bocage normand, non loin de Vire, cette fois-ci en compagnie de l'âne qui nous sera loué pour le voyage. Là, on entre dans le vif du sujet. En attendant ce galop d'essai, notre apprentissage théorique bat son plein. Le truculent Jacques Clouteau, spécialiste national ès âne, auteur d'une petite bible sur le sujet, nous a longuement conseillé durant la phase préparatoire du projet. Nous avons consigné, quasi religieusement, la moindre de ses recommandations. Sans oublier, évidemment, nos échanges réguliers avec l'association normande le Pas d'Âne, qui nous confie l'animal. Toute cette ânerie, en somme, est très sérieuse. Nous ne partons pas la fleur au fusil.  

C'est enfin par la lecture que nous tentons de nous préparer aux facéties dont les ânes, dit-on, sont coutumiers. Il faut savoir avec qui on voyage. Dans un prochain billet, nous vous proposerons un florilège des anecdotes les plus savoureuses, de la Comtesse de Ségur à Cervantès, en passant par Alix de Saint-André. De quoi sonder un peu le mystère d'une bête qui, loin de l'être en vérité, fut injustement méprisée, raillée sans relâche, réduite à d'affligeantes caricatures. Mais il y a une justice. Avec l'essor des randonnées modernes, l'âne semble revenir en grâce. Bien plus qu'un simple porteur, un incomparable compagnon de route. L'épaule et les oreilles du chemin. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
<br /> Bravo Faustine! tu es super sur Crevette! c'est toi la plus jolie, vivement les autres photos, et de ton frère et de tes parents. Bravo. On pense beaucoup à toi. Tu vas faire un super voyage!<br /> quelle bonne idée. On suit tes progrès de très près.<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Très très chouette de te lire, FX.<br /> Dis-donc, 2.50€ les 50 mètres... je vais investir dans un âne parisien!<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> Bonjour<br /> quel plaisir de découvrir le poète en acte, marier le rythme de la phrase & du pas, la matière des mots & des "choses" (j'adore ce mot chose, un peu comme l'âne, si souvent décrié &<br /> pourtant plein de secrets & douceur)<br /> quel bonheur de réveiller par cette lecture quelques souvenirs, pas si lointain pourtant, 3 ans, quand nous sommes allés, au rythme de nos jambes, avec vélos carriole, à travers le Gers & les<br /> Pyrénées avec Alban qui n'avait pas encore deux ans... Toutes ces appréhensions que nous avions...<br /> Mais n'en doutons pas, nos enfants ont plus que nous la curiosité, l'émerveillement, & chaque jour de nouveaux paysages, de nouvelles rencontres sont garants de leur joie.<br /> J'attends avec impatience de suivre les prochains épisodes, les premières aventures.<br /> Bravo<br /> <br /> <br />
Répondre